« Coup de gueule » le mot des lecteurs

<- Retour à l’article

« Coup de gueule à nos fédérations » : sélection de réponses d’internautes

 

Daniel

Moi qui pratique dans une de ces fédérations, je constate en tout cas qu’effectivement rien n’est clair actuellement sur la définition de notre pratique et sur ses objectifs.

Pour être clair, moi, je prône le sport également. Cela ne m’empêche pas de penser que copier Alain Peyrache nous dévalorise et nous dessert totalement.

Vous mentionniez la dernière affiche officielle de FFAB. Je me suis fait plaisir avec ce croquis :

petitcroquis-aikido

Car après consultation des liens que vous avez mis en ligne, si j’analyse le texte de l’affiche, c’est exactement le même que celui du site de l’école traditionnelle EPA. Nos responsables marketing ont donc copié… Se rendent-ils compte que cela nous fait passer pour des opportunistes ?

Ma petite amie travaille dans une boite de pub si ça vous intéresse… Et elle pourrait faire beaucoup mieux que vous et nous représenterait en plus de manière intègre.

 

Phil-76

Ce texte est là pour sous-entendre, comme c’est écrit sur le site officiel FFAB, que l’aïkido serait non-compétitif et donc différent d’autres sports comme le karaté ou le judo.

Cela est prétentieux et de toute façon on ne peut pas être plus contradictoire car on voit les logos du ministère de la Jeunesse et des Sports en bas du tract, or toutes les fédérations sportives (ayant pour but de représenter la France dans les compétitions olympiques ou internationales) sont soumises au même fonctionnement légal qui se réfère intégralement au code du sport.

Les deux fédérations françaises d’aïkido n’y font pas exception. Je vous le garanti de source fiable ! C’est un mensonge total de sous-entendre que nous pratiquons un art martial traditionnel car le code du sport n’a rien aménagé de tel pour cela.

Et « l’art de vivre » comme « la philosophie » n’ont jamais été au programme de ce code, pas plus qu’à celui des deux dans que j’ai passé au sein de ma fédération (même si par ailleurs j’aime la philosophie en général).

 

Le sniper

Copier des slogans publicitaires sur l’école EPA ou sur quelque école ou fédération que ce soit, ce qui est déjà immoral en soi, est contre-productif et donc à tout point de vue déplacé.

Je sais que même certains de nos comités et certaines de nos ligues se livrent à une guerre à mort contre cette école, sans lésiner sur les coups bas, allant jusqu’à envoyer des courriers de dénonciation calomnieuse à destination d’élus ou de préfets. Une ligue de Bourgogne s’en est fait une spécialité moi qui y habite je peux, avec dégout, vous l’assurer…

Ceci est d’une gravité extrême quand nous sommes sensés être représentés par des gens se comportant dignement.
Il devient dur pour moi de me sentir bien au club et bien dans ma pratique lorsque je sais que nos supérieurs se comportent de la sorte.

 

Cécile

Je pratique l’aïkido depuis 1 an maintenant dans une autre structure justement par lassitude face à tous ces désordres inhérents aux fédérations françaises. Mon choix a été naturel du fait que beaucoup de mes connaissances qui pratiquent des sports très variés vivent leur passion sans mensonges et s’épanouissent grâce à elle…

Il y a donc de quoi être déçu de se voir, en tant que pratiquant, emmené de force dans ces guerres textuelles. Le cas du plagia cité ci-dessus nous pousse nous, « pratiquants d’en bas », à être pris pour des menteurs sans l’avoir choisi.

 

Emilio V.G

Tout cela pour quel résultat ? Nous connaissons tous nos difficultés à croitre et la fédération est au bord d’une récession de pratiquants. L’aïkido est un sport noble, et il s’agirait de nous élever à une attitude plus modeste et cohérente qui permettrait enfin aux pratiquant de se sentir bien dans ce qu’ils font.

Concernant l’agrément cité par la FFAB :
je ne suis pas expert en la matière mais après lecture de l’article de Jean, ne serait-il pas intéressant d’appeler les lecteurs qui auraient des compétences sur le sujet à faire des recherches ? Le dernier PV sur Légifrance de 2005  (qui abroge les précédents) n’agrée que l’UFA qui aujourd’hui ne fonctionne pourtant plus. Auquel cas, elle ne serait pas agréée actuellement… ?!

 

Sohrab O.

Concernant le passage sur les « voyageurs de l’Aïkido » ça mérite quelques remarques :
Certains aïkidoka font la démarche d’aller au Japon rencontrer plein de professeurs d’aïkido japonais. Beaucoup d’autres en rêvent, ou jubilent en écoutant les anecdotes de ces voyageurs.

Ok.
Ces aïkidokas pensent que cela va les faire évoluer vers une meilleure compréhension de leur discipline et leur permettre d’accélérer leur propre développement personnel.

L’argument : l’aïkido a été fondé au Japon, c’est donc la source à laquelle il faut boire ! Le contre argument : l’aïkido a été fondé par un homme qui n’est plus de ce monde, il n’est donc pas au Japon !

Force est de constater que la plupart d’entre eux reviennent plutôt avec de pauvres anecdotes et un sens critique complétement absent.

Après le sens critique est il primordial pour un touriste ? Je ne crois pas et c’est surement une des raisons du succès rencontré par ces magnifiques voyages organisés tel que l’Aïkitour qui est mentionné dans l’article…

Il faut lire le compte rendu du voyage d’otobre dernier

Que voit-on ? Des touristes et des photos du Japon. Que lit-on ? Un récit de voyage avec quelques curiosités et de la bonne humeur. Tant mieux ce n’est pas le souci.

Tout pour vous donner envie d’y participer mais voici le morceau du compte rendu qui concerne la pratique de l’aïkido lors de leur voyage :

« Côté aïkido ce fut aussi et encore une expérience mémorable avec les cours du Doshu, de Waka sensei et des autres shihan de l’Aikikai tels que les sensei Kanazawa, Seki, Miyamoto, Yokota, Irie ou Kobayashi, tous toujours aussi accueillants avec les frenchies de passage. Merci à Miyoko d’avoir expérimenté les cours débutants de l’Aikikai, mais aussi le cours « réservé aux femmes » et le cours « spécial femmes », et de nous avoir expliqué la subtile différence entre ces derniers. Je crois que ce fut pour elle l’occasion de lier de belles amitiés. »

Le seul aspect lié à l’aïkido est la rencontre de quelques professeurs, avec rien d’autres comme commentaires que le fait qu’ils étaient accueillants.

Ben oui j’imagine ! Mettez vous à leur place : une brochette de français en vacances, tous attendris par le Japon et en adoration devant eux car ce sont des pratiquants japonais, qui pratiquent au Japon, dans le bâtiment d’ultra consommation mondial de l’aïkido : l’Aïkikaï !

Ah, si ! J’ai oublié de mentionner une superbe découverte : des cours débutants, des cours « réservés aux femmes » et des cours « spécial femmes ».

Le seul commentaire à ce propos est qu’il y avait une subtile différence entre ces deux derniers cours et que cela a été l’occasion de lier de belles amitiés…
Comment peut-on être aïkidoka et écrire de telles sottises ?!

Pourquoi est-ce une meilleure occasion (d’être dans un cours pour femmes uniquement) de lier de belles amitiés ? Les femmes de ces cours ont-elles un problème avec les hommes ou les hommes ont des problèmes avec les femmes ?
Il me semblait que la différence était source de richesse en aïkido…

C’est merveilleux : courons tous sans réfléchir vers un aïkido qui s’appauvrit au fur et à mesure de géniales idées consuméristes.
Je ne sais pas ce que pensent les autres lecteurs de ce voyage mais pour ma part c’est de l’arnaque. Même si c’est juste un prétexte pour visiter un nouveau pays.

Déjà que je n’aime pas particulièrement les visites guidées mais là… Et puis en tant que budoka suivre une seule voie et non celles de 40 professeurs en même temps permet d’avancer plus sûrement. Je dis ça car c’est ce que disent les anciens sans équivoque.

Voyagez tant que vous voulez ! Mais si vous voulez aussi vous construire, il s’agirait de le faire.

 

Rebeb du 58

Encore un article et du brassage de vent sur l’éternelle gueguerre de l’aïkido… Je sais pas si je serai publié mais j’ai envie de vous dire ça et que ça ne se finira pas tant que vous ergoterez sur ces sujets futiles…

 

Chloe Koch

Je suis bien Sohrab O. sur sa réflexion et je veux lui dire : mon ami(e?) ça ne date pas d’hier en France apparemment cette forme de « magouille » a déjà été exploitée plein de fois (comme par ceux mentionnés dans l’article même si leurs noms sont coupés les gens familiers du milieu devraient savoir de qui il s’agit…).

Ce qui motive ces professeurs est à mon avis la soif de succès. Pour avoir un nom et faire partie de l’élite en apparaissant au coté des plus médiatisés ils feraient n’importe quoi, ça crève les yeux mais c’est comme ça partout en aïkido, en politique et ou sais-je encore… Faut s’y faire !

 

Sylvain G

Et les aïkidoka japonais ne vont pas se plaindre de ça !

 

Celine Vadaine

Il doit être tout de même intéressant de rencontrer les maîtres japonais du Budo actuel. Ces professeurs ne sont peut être pas tous en quête de reconnaissance, certains pensent surement sincèrement, du moins je l’espère, que cela fera avancer leurs élèves !? Peut-être se trompent-ils mais pour autant sont ils malhonnêtes ?

Ce serait déplorable, et peut être suis-je naïf mais j’ai du mal à m’imaginer cela. Qu’en pensez vous ?

 

Matt

Je propose une réponse à la fois à CV et à Sohrab O. : je pense qu’il peut être très intéressant de rencontrer par exemple le professeur de son propre professeur. Ainsi l’enseignement que l’on suit est mis sous un nouveau jour qui peut ainsi aider à passer un cap. Mais cela est possible car ces enseignements se rejoignent énormément.

Il peut être intéressant aussi de rencontrer d’autres professeurs afin d’aiguiser son sens critique ou si l’on doute de l’enseignement que l’on suit pour chercher un nouveau professeur. Mais dans le cas des voyages proposés ci-dessus je suis ok c’est du n’importe quoi !

Les professeurs rencontrés lors d’un de ces voyages sont choisis car ils sont reconnus « plus grands maîtres de l’aïkido ». On ne demande clairement pas aux pratiquants d’y réfléchir. Ils sont juste ammenés à butiner à gauche et à droite, en avant et en arrière…

On se demande où est la réflexion et le sens du sérieux. L’approfondissement d’un enseignement ? Ce butinage devrait au moins servir à faire des choix et non à pousser les gens à butiner encore et encore.

En gros, je trouve que ce genre de proposition de voyage est faite pour des gros c… d’aïkidoka et non pour des aïkidoka sérieux ! Peut être que les organisateurs de ces voyages cherchent ce genre d’élèves… ?

 Apportez vos remarques et commentaires !

Pour ce faire : CLIQUEZ ICI et envoyez nous vos avis

Si nous les jugeons opportuns ils seront publiés rapidement

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s