Les traîtres en aïkido, mythe ou réalité historique ?

Nouvelle question d’un lecteur :

aikidoka« Pratiquant le judo je peux dire sans me tromper qu’une fédération d’aïkido entretien de très bons rapports avec la notre, contrairement à la seconde. 

Y a-t-il une raison historique à cela ?

Ma question n’est pas totalement innocente : j’ai entendu dire que certains aïkidokas de haut niveau ce seraient déchirés par le passé, suite à des retournements de vestes, des trahisons en quelques sortes.« 

Il s’agit d’une excellente question et effectivement l’histoire de l’aïkido n’échappe pas à la règle et elle a son lot de moments sombres comme dans toute aventure humaine : déceptions, trahisons, etc.

L’histoire bien comprise permet de mieux comprendre les relations actuelles, dans leur ensemble, entre les différentes fédérations françaises. Il nous faut donc remonter au début des années 80 lorsque les aikidokas de l’UNA (cf l’article précédent) décidèrent de se séparer du judo pour fonder la FFLAB. Dans les lignes qui suivent je vais vous parler de ce que j’ai vu de mes propres yeux, ayant pris à cette époque une part active dans les évènements si j’ose dire « brulants » liés au développement de l’aïkido.

Une assemblée générale fut convoquée dont l’ordre du jour indiquait clairement des intentions de sécession. Le judo décida d’interdire l’ordre du jour en question mais le sujet fut quand même abordé au final. Après vote tous les responsables décidèrent de quitter la fédération de judosauf deux personnes : Gallet et Cardot à l’époque du TBO (Région Tours Blois Orléans).

Pourquoi ces deux personnages n’étaient pas d’accord ?

Pour des raisons personnelles : Gallet inspecteur du ministère de la Jeunesse et des Sports « complice » de Jo Cardot qui était lui professeur de gymnastique (crédit et faire valoir de Gallet qui ne pratiquait plus depuis longtemps à cause de son infirmité) qui était aussi responsables du karaté et du judo… Chaque fois qu’il venait à Paris pour une réunion il passait dans chaque siège et faisait une note de frais… Cela vous explique pourquoi il venait !

Mais malgré tout les choses ont bougé : tout le monde était d’accord pour la sécession, même Christian Tissier.

Cela fait la FFLAB va être créée à Tassin-la-Demi-Lune au siège du club d’Alain Peyrache (« le mouton noir »).

La démission des membres dirigeants de l’UNA laissant leurs postes vacants va inciter certains (sous la direction de Christian Tissier ndlr) qui convoitaient depuis des dizaines d’années ces sièges sans succès à s’en emparer. Cette troupe de personnes ayant retourné leur veste pour « aller à la gamelle » auprès de la puissante fédération de judo sont à l’origine de ce qui sera ensuite la Fédération Française d’Aïkido Aïkibudo et Affinitaires (FFAAA).

Puis les responsables du judo s’empresseront d’expulser les club FFLAB de tous les judo-clubs. Les valeurs des institutions dites officielles de l’aïkido sont ici exprimées : traîtrise comme vous l’avez bien dit qui rime avec opportunisme et magouilles en tout genre. Ce qui explique le paysage actuel et l’alliance que vous citez, et il faut en effet avoir les clés qui précèdent pour comprendre tout cela.

Priorité donc aux « collabos » qu’ils soutiennent même encore aujourd’hui ! L’histoire se répète…

Jean

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s