Leo Tamaki au secours de son ami Farouk…

Un article de Sophie Billot

 

anguille« Internet par les nuls pour les nuls ! Ou quand les commerciaux de l’aïkido font leur marché…

L’union fait la force dans le monde du commerce, en revanche les principes sont une entrave alors laissons les de côté ! Comme le marché transatlantique en somme…

Et oui c’est malheureux mais internet est une jungle sans pitié où les internautes, sans un esprit d’analyse et de critique pointu, risquent de se faire avoir par des requins sans vergogne, comme nos amis Leo et Farouk, qui occupent la toile à des fins mercantiles…

 

Aujourd’hui, tout le monde s’accorde sur le fait qu’internet est un outil formidable pour découvrir et faire circuler des informations. 

C’est tellement formidable qu’on ne peut plus rien dissimuler… 

Aussi, ce qui pouvait se dire ou se faire discrètement en coulisse autrefois, se révèle en plein jour aujourd’hui. Prenons l’exemple des fédérations sportives et des potins ou magouilles internes qui agitent ces milieux. Tant que le bocal de ces institutions était fermé, rien n’en sortait.Avec le temps, internet a rendu poreux ces milieux à l’origine hermétiques. Dorénavant, des informations « sensibles » filtrent au travers et l’appétit de ceux qui les lâchent pour se faire connaître, et qui n’existaient pas jusqu’à présent, ne manque pas.

En voilà du linge sale lavé en public ! Alors Farouk B. est-il une victime dans cette histoire ? Pas du tout !

Vous connaissez tous aujourd’hui Léo T. qu’on a déjà présenté ici à plusieurs reprises. Le revoilà qui fait surface pour sauver de la noyade son ami Farouk. Car la FFAB lui, il connaît, enfin il connaissait puisqu’il l’a quittée il y a peu de temps lui aussi.

On connaissait Léo T. opportuniste, on ne le connaissait pas acteur et metteur en scène. Mais cela va de pair. Aussi, pour se distinguer, il faut bien jeter tous ses atouts dans la bataille.

Et à deux, on est encore plus fort : 
Lire l’article de Leo sur son ami Farouk

Dommage que Farouk n’ait pas pu récupérer son 5ème Dan. Car justement, c’est tout ce qu’il demandait… 

Ça commence par : CP « On pense que si on te donne le 5ème dan, tu vas quitter la Fédération. » FB « Je pense que si tu as des choses à me dire, ça devrait plutôt se passer entre quatre yeux. Pas dans ces conditions, devant les autres. » 
 
CP « Pourquoi tu es là ? » FB « Comme la plupart des stagiaires ici, je suis candidat au 5ème dan. Depuis six ans. » CP « Ce n’est pas l’esprit du stage. C’est nous qui décidons. » FB « Je le sais bien. » 

et puis finalement : 
CP « Mets-toi bien ceci dans la tête, ton 5ème dan on ne te le donnera jamais ! » FB « Et bien voilà, enfin ! Nous y arrivons. Tu me donnes enfin le fond des tes pensées. Ecoute, c’est toi qui décide visiblement. Fais ce que bon te semble. Et vu les conditions d’obtention du grade je n’en veux plus.

« En résumé, il n’a pas pu avoir son 5ème dan, et il est fâché parce que ça fait 6 ans que ça dure, alors il quitte la FFAB.

Voici deux individus qui ont mangé un peu près à tous les râteliers en courant après les dans, qui se prétendent être des héritiers de l’enseignement de Maître Tamura (rien que ça !) parce qu’ils ont assisté à quelques uns de ses cours et qui sont en même tant victimes de l’enseignement (ou des enseignants) de la FFAB, issu de Maître Tamura en question. J’en ai la larme à l’oeil.

Mais aujourd’hui, ils sont soulagés. Léo a créé son propre site internet, y élaborant sa notoriété, inexistante mais qu’il fait germer en s’appropriant l’histoire et l’expérience des grands maîtres, comptant sur le fait que les gens n’en soient pas informés. Il est même devenu son propre senseï. C’est pratique, car maintenant, il peut faire ce qu’il veut.

Confronter l’Aïkido au MMA (Mix Martial Arts) par exemple… !

http://www.leotamaki.com/article-aiki-vs-mma-florent-betorangal-et-leo-tamaki-123929376.html

Ou faire appel à ses potes de Belgique et d’ailleurs, pour partager leurs connaissances des arts martiaux, notamment l’Aïkido, où chacun montre à tour de rôle ce qu’il sait faire. Quelle contradiction ! Imaginez O Sensei Ueshiba faire venir une délégation de professeur chez lui pour faire un cours, tous chacun à son tour ! Mais bon puisque le but est certainement de faire de l’argent, il serait dommage de s’attarder sur des principes…

Quant à Farouk B., qui assure ses arrières en continuant ses allers-retours entre Léo et le Mutokukaï, il va certainement profiter de l’effet de mode, et porter bientôt comme son ami Léo, un hakama blanc qui le distinguera de ses anciens professeurs de la FFAB qui en sont toujours à porter des hakamas de couleur noire… Les imbéciles ringards et réactionnaires : le hakama blanc c’est l‘avenir, le progrès !

Et maintenant qu’il a compris l’utilité d’internet et des réseaux sociaux, nous le reverrons certainement très bientôt. Alors même si internet est un outil formidable permettant aux informations habituellement cachées de filtrer, il n’en reste pas moins que des gens n’ayant ni le talent ni la légitimité pour intéresser qui que ce soit en pratique s’en servent aussi aujourd’hui pour s’afficher et exploiter l’ignorance : c’est le cas notamment en aïkido Léo et Farouk en sont un bel exemple.

Pour Léo T. c’est même devenu un jeu d’enfant : créer l’illusion à partir d’une histoire fictive ne le dérange pas au contraire il en a plus que jamais besoin. Identité et histoire véritable en aïkido : il n’en a aucune.

Reférences:

Leo T défend Farouk B

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s