Remerciements

Nous remercions ceux qui, après avoir pris connaissance de mon site, m’informent et me documentent.

La plupart souhaitent garder l’anonymat ce qui est normal car il est de plus en plus difficile de parler librement de nos jours, et ce même si les propos tenus respectent scrupuleusement le cadre de la loi.

 

Cela se comprend d’autant plus quand je sais que certains viennent parfois des membres des comités directeurs de fédérations ou de hautes instances dans l’incapacité d’agir. Peut être pensent-ils que je pourrais faire bouger les choses en informant de ce qu’elles essaient vainement de dissimuler dans leur placard afin que personne ne sache.

Ce qui démontre bien l’impossibilité de ce système soi-disant démocratique de fonctionner comme tel. 

Ce n’est un secret pour personne et le football en a donné un magnifique exemple lors des derniers scandales, ces instances sont confisquées par des apparatchiks à leur seul profit, et lorsque l’un devient une cible on le remplace par un autre. Celui-ci est bien sûr inamovible comme les vieux caciques du parti et continu ses méfaits à un autre poste avec la bénédiction du ministère de la Jeunesse et des Sports qui est complète.

 

Il faut se rappeler une chose : nous sommes en démocratie. 

La liberté de penser, d’agir, de se réunir (en association) en sont les piliers. Même si ces dernières années les politiques n’ont de cesse que de réduire nos libertés individuelles. Toujours « pour notre bien » évidemment. C’est pour notre bien que tous ces fonctionnaires organisent le sport et commettent des abus de pouvoir régulièrement.
Payé par nos impôts ils contribuent au dysfonctionnement de nos disciplines en leur imposant des dirigeants qui travaillent seulement pour leurs carrières administratives et politiques.
Le ministère de la Jeunesse et des Sports n’est pas là pour que le milieu sportif fonctionne mieux. Leur but inavouable et inavoué est simple : « diviser pour mieux régner ». Rien de plus dangereux pour des politiques que des milliers d’adultes qui partagent une même passion et risquent de voter tous dans le même sens. Il faut donc d’une manière ou d’une autre diminuer ce danger ou le faire disparaître.
La recette est simple : donner du pouvoir et de l’argent à une minorité de dirigeants, les soutenir pour leur donner toute la puissance de l’État, les tenir « par les couilles » afin qu’ils aillent dans le bon sens. Vieille technique policière et politique du dossier sur les notables et les gens influents : « il est de votre intérêt de nous écouter et de nous satisfaire si vous ne voulez pas que certaines informations compromettantes soient dévoilées ».
Les trois quarts de la population font confiance aux instances en place, malgré les nombreux scandales de l’alimentaire, du médical, les Cahuzac et autres, qui démontrent que ces instances dites « expertes » ne sont en fait que des filous. La masse continue à être crédule et manipulée, par flemme, par manque de courage et par habitude d’être complètement assistée jusque dans son propre raisonnement et sa propre pensée.
Politiques et autres instances d’État ne se privent pas et ils ont peut-être bien raison : cette masse mérite-t-elle autre chose ?
Par exemple on nous signale dernièrement que la FFAB a reçu un diplôme de Shihan de la part de l’Aïkikaï So Hombu à Tokyo, vierge évidemment.
Le patron de l’Aïkikaï, descendant direct du fondateur de l’aïkido, donne des diplômes vierges moyennant finances car rien n’est gratuit. Et lorsqu’on pense qu’une simple ceinture noire premier dan coûte 150 euros on imagine combien peut coûter un diplôme de Shihan…
Et ensuite ? Qui va décerner ces titres ? Les filous cités plus haut ?
C’est dire le mépris que dégage ce système et ses membres pour nos fédérations d’aïkido – du moins pour leurs milliers de pratiquants – et ce au nom d’une religion : « le pognon ».
On comprend que lors du dernier congrès mondial il ai donné une importance anormale au couple Tissier. Les maîtres qui furent jadis les élèves du fondateur sont restés parqués dans un coin bien qu’étant 1 million de fois supérieure à ce couple, techniquement parlant.
Eux bien sûr n’ont rien dit : « suivons le système et son patron, s’il fait n’importe quoi taisons nous et gardons une bonne place ». Quel courage !
Nos fédérations au lieu de s’unir pour devenir plus fortes et construire l’aïkido efficacement se tirent dans les jambes.
D’un côté C. Tissier pour la FFAAA de l’autre les représentants de la FFAB. Sont ils là eux aussi pour leur carrière ? Ou pour assurer un aikido de qualité à leur retour en France à nous autres licenciés ? Devinez…
2 groupes antagonistes constamment en guerre pour assoir leur position lucrative et qui nous chantent qu’ils pratiquent la « voie de la paix ». Les japonais n’en ont rien à faire puisqu’ils récupèrent de l’argent des deux côtés. Peut être est ce là l’objectif principal ? Si quelqu’un en a douté naïvement, pensant que c’est pour développer un aïkido de haut niveau, alors il faut se faire soigner !
La moralité de tout ça ?
C’est que ces gens n’ont pas dans le coeur un amour profond ni aucune passion pour leur pratique, quelle qu’elle soit car l’aikido n’est pas seule concernée loin s’en faut. Les vertus du budo ne les regarde pas. Ils font comme les hommes politiques qui se battent pour obtenir une place qui sera pour eux source d’un fort enrichissement, et là est leur seule et unique préoccupation.
Jean

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s