Union des Fédérations d’Aïkido : 3ème dan

2008 : Et si on allait faire un peu d’Aïkido à TANABE ?

Pour changer d’air et prendre un peu de recul après ces trois années de « vie commune », quoi de mieux qu’un petit séjour à l’étranger, au Japon, plus particulièrement dans la ville natale de Morihei Ueshiba.

C’est ainsi qu’en octobre 2008 , la FFAB en tant que membre observateur, et la FFAAA, en tant représentant officiel de la France, se rendent au 10ème congrès de la Fédération Internationale d’Aïkido (FIA), à Tanabe qui va être le théâtre du 3ème round.

La FFAAA n’arrive pas les mains vides. En tant que digne et unique représentant de la France, elle propose cette année là, dans le cadre de sa candidature au poste de vice-présidente de la FIA, un projet d’unification de l’Aïkido, qui passe par l’unicité des pratiques.

On pourra se demander si ce projet n’a pas été élaboré, plus pour satisfaire les demandes du ministère des sports en France de l’époque, que les dirigeants de la FIA au Japon.

Ces derniers rejettent le projet dans son ensemble, le trouvant indigeste à leur goût, et contre toute attente, c’est la Suède qui est nommée à l’unanimité à la place de la France.

C’est un coup dur pour la FFAAA qui jouait gros dans cette histoire. En étant élu, elle disposait d’arguments qui répondaient favorablement au cahier des charges de l’État français. Ce qui aurait certainement forcé la FFAB à n’avoir d’autre choix que de cohabiter définitivement avec son voisin et ennemi de toujours. Car elle n’aurait pas été en position de force face à la volonté commune de la FFAAA( fort de son nouveau statut international) et de l’État (pressé d’en finir avec cette histoire) d ‘établir une seule fédération d’ Aïkido , voir un aikido unique en France.
Mais de quel aïkido unique aurait-il s’agit alors? Celui de Christian Tissier ? Celui de l’Akikaï de Tokyo ?

C’est peut-être la question que se sont posés les membres de la FIA (Tamura en tête), et que ne se serait pas forcément posée le ministère des sports, allez savoir ?

Quoi qu’il en soit, ce dernier événement marque la fin de l’olympiade proposée aux deux fédérations dont le but était leur unification au sein de l’UFA.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la tentative de l’État d’y parvenir a échouée lamentablement.

Ce n’est pas étonnant puisqu’une fédération « nationale » génère des postes de pouvoir au sein de la structure qui la compose.

Notamment chez les techniciens de l’Aïkido qui, devenus professionnels, n’ont pas envie de voir leur monopole disparaître et donc n’ont pas envie de perdre leur notoriété et l’argent qui va avec.

Mais aussi, au sommet de l’administration de ce système, où vous ne pouvez pas espérer autre chose qu’une bagarre incessante de ceux qui postulent pour en être à la tête.

La fusion n’intéresse donc personne.

Constatez ce qu’en pense l’auteur d’un article tiré d’un site FFAAA à l’adresse suivante :

On peut lire :
 » L’Aïkido n’est-il pas censé être harmonie, partage et tutti-quanti ? Déjà, il y a une profonde différence entre l’approche pédagogique et technique des deux Fédérations majoritaires, chacune étant profondément influencée par des personnalités très différentes, sans doute les plus marquantes de l’Aïkido français, Nobuyoshi Tamura pour la FFAB et Christian Tissier pour la FFAAA. De plus, les rivalités sont nombreuses dans les Fédérations, et les techniciens, poussés à la professionnalisation par le système français, ont parfois beaucoup à perdre dans une possible union.

Imaginez deux entreprises qui doivent fusionner, chacune ayant peur que l’autre ne devienne majoritaire et qu’un poste sur deux doive sauter à son désavantage. Pas simple… partageriez-vous votre bureau avec un collègue issu d’une autre entreprise, travaillant différemment, en sachant qu’au bout du compte il n’en restera qu’un dans le bureau… et que ce sera peut-être lui ?…  »

Toujours sur le sujet en question, voir aussi :

Bon, maintenant, il ne reste plus qu’à faire les comptes ,

Résultat final après une olympiade :

MATCH NUL

Mais l’histoire entre nos deux fédérations ne s’arrête pas là.

Un rebondissement de taille va nous fournir quelques épisodes de plus dans cette guerre fratricide entre nos 2 championnes de moulins à vent toutes catégories que sont la FFAAA et la FFAB.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s