Union des Fédérations d’Aïkido : 4ème dan

2008-2012 : La FFAB jette l’éponge… L’État aussi !

Au congrès de Tanabe coïncide la même année la fin de l’olympiade (nous venons de le voir), et la réélection des cadres dirigeants des deux fédérations.

Profitant de ce fait et de l’écueil de son concurrent, devenu très silencieux depuis sa « défaite » à Tanabe, la FFAB jette l’éponge en décidant de quitter l’UFA et le projet qui l’accompagnait !

Quand un navire est en train de couler, ou est à la dérive, il est plus convenable (surtout lorsqu’on ne sait pas tenir la barre) de se jeter par dessus-bord,  que de finir sa course dans les fonds marins, voir :

Ce qui signifie que la FFAAA est seule maître à bord du navire fantôme UFA, avec un équipage réduit de moitié, et un capitaine absent depuis le début du voyage.

Si bien qu’à partir de cet instant, l’UFA est vidée de sa substance et n’est plus qu’un support à la CSDGE, commune aux fédérations.

Toutefois, si le problème de l’UFA est mis de côté, sa structure existe toujours grâce à la CSDGE, qui rappelons-le reste commune aux deux fédérations.

La gué-guerre intestine peut donc continuer de plus belle.

Et pour tout vous dire, la saison suivante, celle de 2008 à 2012, correspondant à une nouvelle olympiade, ne sera pas plus glorieuse que la précédente.

Bien évidemment, le sujet de discorde est identique à celui de la période 2004 /2008 : vous taperez en plein dans le mille en nous affirmant qu’il s’agit du règlement particulier de la CSDGE de l’UFA !

Il est encore au centre de la bataille et vous allez voir que c’est loin d’être terminé.
Ce feuilleton que nous livre là depuis des années nos deux fédérations nous rapproche un peu plus des plus mauvaises séries B connues, et on se demande comment on peut être aussi obstiné en étant aussi médiocre scénariste.

Les seuls véritables faits marquants durant cette période au sein de l’UFA seront le décès de Pierre Charrie, ex coprésident CSDGE, et l’apparition soudaine de Francis Didier en tant que médiateur pour résoudre le problème de ce conflit perpétuel (après un judoka, l’État tente le coup avec un karatéka), voir :

En effet, le Ministère des Sports, face aux divergences des deux fédérations sur les examens de grade, avait demandé à Francis Didier, président de la FFKDA (Fédération Française de Karaté et Disciplines  Associées), de lui soumettre un projet visant à conclure un accord des dirigeants des deux fédérations au sujet du règlement particulier, projet livré fin de la saison (Mai/juin 2011). Ce projet avait fait l’objet d’une concertation avec les techniciens de la FFAB et de la FFAAA (février 2011). L’aboutissement de ce règlement devait résoudre les difficultés rencontrées lors des passages de grade. Il n’a finalement pas abouti.
Dieu merci pour la santé de l’Aïkido en France !


Courriers des lecteurs : cliquez ici


 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s