UFA – courriers des lecteurs

Article UFA : cliquez ICI


 

Stéphane L.

Cela me refait penser aux propos de votre article «  coup de gueule ».

En effet, ici le problème vient de l’exigence par l’état français

  • que l’évaluation d’un pratiquant soit réalisé par un jury qui ne connaît pas ce pratiquant, et
  • que l’ensemble des évaluations soient normalisées pour une même discipline.

Ce principe de fonctionnement étatique, oblige donc les fédérations à s’y plier une fois agréées.

On se demande alors pourquoi les dirigeants de nos deux fédérations, la FFAB et la FFAAA, qui ont choisi ce type de fonctionnement pour l’Aïkido, ne l’assument pas pleinement ?

Sérieusement, vous pensez vraiment qu’un pratiquant de la FFAB compare son grade avec celui d’un pratiquant de la FFAAA ? Ce devrait être pareil lorsque l’on a deux professeurs différents ? Les grades sont incomparables. C’est du n’importe quoi de vouloir tout normaliser comme cela. Surtout dans une discipline comme l’aïkido (le fondateur a donner des directions, il s’agirait de les suivre si on souhaite faire de l’aïkido).

Pour en revenir à l’UFA, je pense qu’il n’y a pas eu de réel réflexion au départ, mais juste une petite adaptation pour faire rentrer la discipline aïkido dans le moule des fédérations françaises. Mais cela ne colle pas, et les 30 ans que vous décrivez en sont la preuve. Merci.

Que faire alors ? Ça me semble simple… quelque chose qui fonctionne. Le fondateur y arrivait ! D’autres y arrivent aujourd’hui. Prenons en de la graine.


Thierry A.

En effet l’histoire de l’UFA est un cas particulier pour l’état car l’aïkido est un art martial particulier (pas de compétitions, plusieurs fédérations, etc.). Cette histoire nous révèle les limites du système fédéral imposé par l’état pour cette discipline.

Pourtant, les deux fédérations nationales y adhèrent volontiers et vantent même les mérites d’un aïkido fédéral, par ex.:

aikido-mag-0812


Saïd B.

Pas étonnant car les arguments avancés sont, entre autres, que le système fédéral maintient une « continuité de l’information » et qu’il est le garant de la transmission. Donc en gros : ces personnes sous entendent (sans aucune autre preuve que l’évidence) que c’est le système fédéral qui permet cela, et qu’un autre système n’offre pas cette garantit de la transmission.

Ah bon !

Et comment faisait le fondateur ?

Moi je pense plutôt, qu’ils vantent leurs coquilles : « je suis de tel fédé, c’est trop la classe ! ».

Imaginez qu’ils disent : « je suis de telle fédé, mais c’est un peu le foutoir, je ne comprend pas trop ce qu’ils font à la direction, il y a toujours des histoires avec l’union des fédés ».

Bref, c’est un peu comme les gens qui portent des fringues avec la marque hyper fashion écrite dessus. C’est la classe.

Et pour les dirigeants, et bien, ils sont dirigeants ! Ça leur va bien ! Et ça leur suffit amplement. Pourquoi aller résoudre quoi que ce soit qui supprimerai leur fédé et leur poste avec.

Le jour où vous voyez un vrai budoka à la tête d’une fédé vous m’appeler !!!:


Berniespotting

Je viens de me documenter un peu sur les lois en vigueur concernant les fédérations françaises et je me rend compte que les 2 fédérations d’aïkido ne sont pas délégataires et n’ont donc pas le droit de s’appeler « fédération française d’aïkido », alors qu’ils le font !

Notre réponse :

Ce n’est pas tout à fait exacte. En effet les deux fédérations d’aïkido en France ne peuvent être délégataires, car cela concerne les fédérations auxquelles l’état accorde le droit, pour une durée déterminée :

  • d’organiser les compétitions sportives à l’issue desquelles sont délivrés les titres internationaux, nationaux, régionaux ou départementaux,

  • de procéder aux sélections correspondantes, ou

  • de proposer l’inscription sur les listes de sportifs, d’entraîneurs, d’arbitres et juges de haut niveau, sur la liste des sportifs Espoirs et sur la liste des partenaires d’entraînement.

Ainsi, les fédérations délégataires édictent les règles techniques propres à leur discipline et les règlements relatifs à l’organisation de manifestations ouvertes à leurs licenciés.

Un décret en Conseil d’État détermine les conditions d’attribution et de retrait de la délégation, après avis du Comité national olympique et sportif français.

Puisque qu’il n’y a pas de compétitions en aïkido, les deux fédérations FFAAA (Fédération Française d’Aïkido, d’Aïkibudo, et Affinitaires) et FFAB (Fédération française d’Aïkido et de Budo) ne figurent pas dans la liste des fédérations délégataires de l’État.

Par contre, elles bénéficient malgré tout de l’appellation « fédération française de » en raison de leur agrément délivré en 1985 (donc avant le 16 juillet 1992) :

L’Article L131-17 du code du sport précise qu’ « à l’exception des fédérations sportives agréées à la date du 16 juillet 1992, seules les fédérations sportives délégataires peuvent utiliser l’appellation  » Fédération française de  » ou  » Fédération nationale de  » ainsi que décerner ou faire décerner celle d' » Equipe de France  » et de  » Champion de France « , suivie du nom d’une ou plusieurs disciplines sportives et la faire figurer dans leurs statuts, contrats, documents ou publicités. ».


Mathilde V.

Pouvez vous m’en dire plus sur les 10 (4+4+2) autres membres de la CSDGE ? Qu’elle est l’idée de ce choix de composition ?

Notre réponse :

Les 10 autres membres de cette commission sont nommés par le ministère des sports (comme les 2 coprésidents). Cela semble un peu lourd comme commission, mais cela est justifié par le fait que les sessions de passages de dans ou grades équivalents ne sont pas exclusivement ouvertes aux candidats ou candidates licenciés à la fédération concernée (FFAAA et FFAB), mais aussi aux licenciés des fédérations multisports, affinitaires, scolaires et universitaires agréées ainsi qu’à toute personne ne faisant partie d’aucune fédération.


Valérie C.

Comment a réagit l’état en 2008 face à ce volte-face de la FFAB ?

Notre réponse :

Hé bien l’État, en l’occurrence le ministère chargé des sports, n’a pu que constater les dégâts face à une situation qui s’est dégradée et qu’il n’a pas pu résoudre malgré le défilé de médiateurs appelés pour leur venir en aide.

Il n’a pas tardé à jeter aussi l’éponge. Et il a apparemment tenté ensuite d’accepter les différences inhérentes aux deux fédérations. En 2009, un édito (en page 3) de Pierre GRIMALDI, président FFAB, semble en tout cas le confirmer :

http://www.ffabaikido.fr/fr/pdf/SESERAGI%2044.pdf

Mais cela n’est pas certain car dans ce que j’ai pu trouver les deux fédérations semblent ne pas bien comprendre les propos de l’État, ou en tout cas chacun a son interprétation.

Par exemple, en 2007, un communiqué de Michel Prouveze, coprésident FFAB de la CSDGE indique :

«  Lors de cette réunion, le Ministère, constatant notre volonté réaffirmée par tous les moyens de voir notre spécificité respectée, est revenu sur son exigence d’une fédération unique et a indiqué qu’il accepterait que les deux Fédérations agréées coexistent avec le maintien d’une seule CSDGE conformément à la loi. Il est certain que cela ne convient pas aux responsables de la FFAAA qui ont une vue hégémonique de l’organisation de l’Aikido en France. ».

Donc en gros, soit les propos de l’État sont mal interprétés, soit l’État avait dès 2007 déjà jeté l’éponge sur cette affaire de fédération unique.

Voici le courrier de l’État quelques jours avant la réunion pour vous faire une idée :

DV_20070205-i-arts-martiaux

Autre exemple, une année plus tard, rebelote, même incompréhension des 2 fédérations vis à vis de l’État :

Voir http://telechargement.ffaaa.com/ufa/csdge/csdge_releve_decisions_080906.pdf (lien déjà présent dans l’article sur l’UFA).


Kinojo K.

Mais quel bordel ! Parlent-ils le même langage, voir la même langue ?

Merci pour ces explications. En plus de mieux comprendre l’embarras dans laquelle ce sont mises ces fédérations, cela m’ouvre les yeux sur cet État qui cherche à imposer son propre fonctionnement alors qu’il ne sait même pas communiquer efficacement ses propres choix de fonctionnement. Je me permet même d’aller un peu plus loin : sait-il au juste ce qu’il veut ? Ou bien est ce qu’il le cache ?

C’est presque irréel ce bazar. Levons le voile.

Merci encore.


Amel C.

Oui en effet quel bordel. Mais cela a tout de même permis de pondre des livrets référentiels relatifs aux passages de grade ou brevet d’Etat d’une lourdeur sans pareil. Je vous laisse juger :

voir livret-referentiel et aikido-livret-formation-brevet-federal-ufa ou encore UFA-aikido-annales-oraux-BF-2

Ils me font quand même bien marrer ces rigolos ! Merci à TOUS.


Bibilapuree69

Tout à fait d’accord avec toi. Ce sont des rigolos ! Et de première classe ! Des soit disant budoka qui osent dire :

« Il y a donc à craindre qu’une Fédération unique ait fini par imposer une nomenclature unique et une forme d’expression unique, ce qui aurait tué une partie de l’originalité, de la créativité et de la faculté d’évolution de l’Aïkido. »

Source : http://aikidobesancon.over-blog.com/article-26726780.html provenant de la FFAAA au sujet d’une structure unique comme l’UFA.

Alors que

  • la FFAAA a participé à ce programme commun avec la FFAB en vue de fusionner en une unique fédération appelée UFA,

  • Christian Tissier avait comme projet pour la FIA à Tanabe, l’unicité des pratiques en Aïkido,

  • la FFAB et la FFAAA se partagent officiellement à elles seules le paysage de l’aïkido français !

Quelle blague.

Dans le paragraphe « Alors, est-ce vraiment dommage ? » l’auteur se fait la réflexion que l’échec de la fusion des fédés n’est pas si mal. Et il donne des arguments… Si l’auteur avait poussé sa réflexion un peu plus loin, il se serait peu être demandé ce qu’il faisait dans une fédération car ses propres arguments s’opposent au fait même d’adhérer à une structure fédérale, même à la FFAAA.

Nos lecteurs réagissent :

>>> le mot des lecteurs

Rebondir

Donnez votre avis aussi ! Contactez-nous

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s