Masamichi NORO

(1935-2013)

noro_masamichi

 Masamichi NORO arrive en France en 1961.

« Il est alors 5ème Dan d’Aïkido. »

« Durant les trois années suivantes, il ouvre plus de 200 dojos. »

« Il crée le Kinomichi, afin d’approfondir sa pratique de l’Aïkido. »

« Aujourd’hui, il est considéré comme un grand maître de l’Aïkido. »

 Voilà ce qu’on dit de NORO sur le net, alors

Oubliez toute ces paroles, car on vous ment !

Lisez notre biographie sur NORO :

un article édifiant sur le DÉLIRE COLLECTIF des fédérations et disciplines associées !

 

 

Qui est Masamichi NORO ?

Masamichi NORO naît le 21 janvier 1935 à Aomori, une ville au Nord du Japon. Il est le fils de Noro Yoshikatsu, et de Rin Nozawa.
En 1955, il rencontre Morihei UESHIBA. Compte-tenu de la faible disponibilité du maître à cette époque là, il suivra surtout les cours de son fils Kisshomaru au Hombu dojo de Tokyo.
Succédant à Tadashi ABE, il arrive à Marseille en septembre 1961.
Il est alors 3ème Dan d’Aïkido. Et non pas 5, 6 ou même 7ème Dan comme on a pu le constater sur le site  belge ici.

Que fait NORO arrivé en France ?

Jusqu’en 1964 … à part faire bronzette sur la plage,  presque RIEN !

NORO est un jeune homme ambitieux, trop peut-être ?
Si l’on en croit les sites des fédérations d’aïkido et autres relatant sa vie trépidante,

 NORO aurait ouvert à travers toute l’Europe et l’Afrique environ 200 dojos en trois ans.

(voir nos liens en bas de page)

Un travail de Titan … qui a tout l’air d’une fiction :

Pour trois raisons :

1) On doute de l’existence de ces 200 dojos lorsque l’on lit les propos de Nobuyoshi TAMURA à ce sujet :

Sur www.aikidotakemusu.org :
 » ..… Nakazono et Noro m’avaient écrit qu’à Paris il y avait de grandes possibilités d’organiser un dojo et de collaborer avec eux pour faire un Aikido de qualité. J’avais l’exemple de l’implantation du judo pour m’y inciter. Mais quand je suis arrivé rien n’était prêt… » Les mêmes propos sur : www.budoshugyosha.com

NORO aurait donc réussi à ouvrir 200 dojos pendant cette période mais pas un seul pour accueillir son camarade Nobuyoshi en France !

Il aurait pu l’accueillir au « dojo beach » à Fréjus Plage …
… mais le dojo n’était pas d’une dignité exemplaire.

2) Nous n’avons apparemment aucune trace de dojos créés ou exploités par Masamichi NORO durant cette période (1961-1964) .

Parmi la multitude de dojos ouverts par NORO, il doit bien y avoir des traces de son entreprise dans les pays concernés, soit en Suède, Ecosse, Irlande, Italie, Maroc, Sénégal, etc.
Nous avons consulté de nombreux documents, dont de nombreux entretiens (1), nous n’avons rien trouvé.

3) une histoire de bon sens :

Nous vous invitons au calcul suivant :

200 dojos ouverts en 3 ans, c’est 1 dojo ouvert tous les cinq jours sur une durée de 3 ans et rappelons-le à travers l’Europe et l’Afrique !!!
Ça remets tout de suite les pendules à l’heure…
S’il y a de fortes probabilités que cette histoire ne soit qu’une fiction, pourquoi alors tant de sites officiels nous disent-ils le contraire ? Assistons-nous à une HALLUCINATION COLLECTIVE ?

Z’avez vu ma ceinture … ou qu’est-ce qui différencie NORO des autres maîtres d’Aïkido ?

Dans la vidéo précédente, vous avez peut-être noté l‘apparition d’une ceinture de couleur « blanche et rouge » à la taille de maître NORO, ce qui ne manquera pas de surprendre TAMURA qui jusqu’à présent n’en avait jamais vu, en tout cas pas au Japon. (voir aussi notre article à ce sujet).
Mais ce n’est pas tout, il porte un hakama blanc. Ces deux détails ont leur importance :
la ceinture : elle est destinée à masquer son manque de compétence et d’expérience en noyant le poisson avec une ceinture niveau Shihan judo (6ème Dan et +) alors qu’il n’est que 3ème Dan d’aïkido.
l’hakama blanc : certainement là pour faire croire à la portée céleste de son art que sera le kinomichi ! Mais surtout là pour se distinguer des maîtres d’aïkido précédents et actuels, un artifice qui témoigne d’un égo en pleine croissance.
 Et comme ce sont des détails, aucun site n’en parle.

La suite de son parcours

Les débuts à Paris

En 1964, la venue de Maître TAMURA, associéé à la présence de Mutsuro NAKAZONO à Marseille va changer la donne.
Lassé d’avoir du sable dans les godasses, et agacé par cette concurrence, NORO part s’installer à Paris.
Le 04 mai 1966, il est victime d’un grave accident de voiture.
En 1967, il créé l’Institut NORO, une association qu’il créé avec ses disciples, rue Constance, dans le 18ème arrondissement de Paris.
A partir de cet instant, NORO fait de l’Aïkido quelque chose de strictement personnel, et s’éloigne par conséquent de l’art martial créé par Morihei Ueshiba.
La même année, il fait la rencontre de Taisen DESHIMARU moine Soto-Zen venu s’installer en France pour introduire le Zen Soto.
A propos de Deshimaru :
Selon l’environnement et les circonstances, il déclarait à qui voulait bien l’entendre

des rapports entre le zen et l’aïkido, mais aussi le kendo ou la macrobiotique.

En bref, il voulait certainement dire que le Zen, ça va avec tout. Pour NORO, un bon moyen de justifier les bobards à venir et de cultiver son égo.

LE SAVIEZ-VOUS ? 
Deshimaru a un point commun avec NORO. Lui aussi a ouvert 200 dojos en Europe et en Afrique !! (voir Biographie Taisen Deshimaru )

1978 : création du Kinomichi

A la fin des années 70, de son « laboratoire expérimental », sortira une philosophie aussi vague qu’inexistante autour d’un art martial qui n’en est pas un : le Kinomichi,  la voie de l’énergie.
Dans le même temps, NORO rencontrera Karlfried Graf VON DÜRCKHEIM  et le Docteur Lily EHRENFRIED. qui deviendra son amie et avec laquelle il fera 7 ans de « gymnastique »(on vous fait un dessin ?).
Deux anecdotes parmi tant d’autres qui serviront à gonfler un peu plus le CV du personnage… pour peu qu’il soit crédible.
L’année d’après, il se séparera de lAïkikaï de Tokyo pour tenter de faire une carrière en solo. NORO a toujours aimé qu’on ne regarde que lui.

2001 : Création de la KIIA ( Kinomichi International Instructors Association)

Le ministère des sports reconnait le KINOMICHI en tant que discipline sportive affinitaire, affiliée à la FFAAA.

Un bel exemple de solidarité envers son camarade Nobuyoshi TAMURA, figure emblématique de la FFAB juqu’en 2010…

2004 : Moriteru Ueshiba invité par la FFAAA

Masamichi NORO participe amicalement à la demande de la FFAAA aux manifestations organisées pour les 20 ans de cette fédération qui accueille le nouveau DOSHU, Moriteru UESHIBA…

2013 : Mort de Masamichi NORO

Masamichi NORO meurt le 15 mars 2013 à l’âge de 78 ans.
Il laisse à son fils Takeharu le soin de poursuivre son œuvre.

L’évolution de sa pratique

Sur www.aikicam.com :
« … Pour Maître NORO, le temps est venu de changer d’attitude, de s’éloigner de l’aspect martial de l’aïkido, tout en conservant la philosophie, la tradition, la terminologie ainsi que l’habit traditionnel. En 1979, après un entretien avec le Doshu Kisshomaru UESHIBA, il crée le KINOMICHI (littéralement la voie de l’énergie)… »

Ah bon, mais si vous retirez le mot martial de « art martial », le Kinomichi n’en est plus un.

Pourtant, on continue de le confondre avec l’Aïkido puisque le Kinomichi est toujours considéré comme un budo dans la majorité des sites officiels ainsi que dans la plupart des articles ou ouvrages qui lui sont consacrés, voir par exemple : lakischool.free.fr ou lire « La pratique du Kinomichi avec maître Noro » de Daniel Roumanoff (Editeur Criterion Collection).

Le Kinomichi, c’est quoi alors ?

À la question que lui posait Arnaud Desjardins sur son art, Maître Masamichi NORO répondit :
« Si je pouvais expliquer mon art, je n’aurais plus besoin de l’étudier. »

Si NORO n’est pas capable d’expliquer ce qu’est le Kinomichi, nous non plus !

Pourtant, nombreux ont essayé de s’y coller, et çà donne des textes comme ceux-là :

« Le Kinomichi est un art traditionnel dans son mode de formation, de transmission et d’évolution. Ce qui s’en dit aujourd’hui annule ce qui appartient à un temps passé et ce qui s’écrit maintenant s’efface devant l’art qui perce dans l’instant qui vient… » (source : lakischool.free.fr)
… quel baratin,

mais il y a bien plus indigeste dans ce « Traité du parler creux sans peine »( ici en pdf ) écrit par un certain Philippe Nguyen .

Sans doute un adepte de la géniocratie. Comme Karlfried Graf VON DÜRCKHEIM  et Taisen DESHIMARU , qui apparemment, ont tous été à la même école. ( voir lien ici )

Et la pratique dans tout çà ?

Un bref extrait de ce qu’on peut trouver sur le net :
Masamichi NORO a réussi l’exploit de transformer l’Aïkido, un art martial digne et noble, en une danse de salon pour minettes guindées en quête de mysticisme !

Quand on vous dit qu’on est face à une hallucination collective !

Aujourd’hui, son fils Takeharu fait exactement la même chose.

Ce qu’il faut retenir :

L’art des copier-coller de  nos fédérations et autres associations sportives

Aujourd’hui, on constate d’une façon générale (hormis quelques exceptions, voir quelques lignes plus bas) que tous les sites d’arts martiaux aussi divers soient-ils (fédérations nationales, ou sites associés, indépendants, etc …)  s’accordent à dire la même chose : un maître japonais est forcément un grand maître. Un fétichisme typiquement occidental, qui, hélas, ne date pas de J. Chirac.

Un aveuglement collectif qui pourrait en rester là, mais c’est sans compter la capacité d’émerveillement de chacun.

Comme  il y eu la bible au départ du Christianisme, un jour apparut la biographie de NORO, écrite par on ne sait plus qui, et que tout le monde copia et à laquelle tout le monde crut.

Le résultat : on est parfois en face d’informations douteuses que tout le monde approuve… mais que personne n’a vérifié.

Nos fédés et leurs disciplines associées se copient donc bêtement entre elles depuis des années, fortes de la certitude de leurs propos, puis sont copiées à leur tour à par des groupes ou des sites indépendants qui n’ont rien à dire mais qui voudraient exister (ex : le cas Tamaki).

La copie déjà faussée au départ, l’est encore plus à l’arrivée.

Si bien, que lorsqu’on cumule les deux : fétichisme et information abracadabrantesque,  on atteint alors parfois des sommets d’invraisemblance…

…  jusqu’à être en plein DÉLIRE COLLECTIF.

Pourquoi le Kinomichi, ce n’est pas de l’Aïkido :

« Masamichi Noro rappelle quotidiennement à ses élèves que le Kinomichi est sans cesse en évolution et tire de ses racines profondes des techniques de l’Aïkido de Moriheï Ueshiba », propos tenus sur www.kiia.net

Des propos ahurissants quand on voit ce que NORO a fait de l’Aïkido de Morihei UESHIBA : une caricature vulgaire, un art martial privé de sa « martialité ».

Le Kinomichi empreinte tous les codes de l’aïkido de Maître UESHIBA (philosophie, la tradition, la terminologie ainsi que l’habit traditionnel), et pourtant, ce n’est qu’un ersatz de cette discipline.

Ne nous étonnons pas  si on associe parfois l’aïkido à de la danse, on en connait aujourd’hui la raison.

Et pour ceux qui seraient tentés de découvrir l’Aïkido en allant frapper à la porte des associations sportives dépendant du Kinomichi, nous vous le déconseillons vivement, vous y perdriez votre temps et votre argent, pour la bonne et simple raison que le kinomichi ne représente pas l’Aïkido du  fondateur.

Et si on vous prétend le contraire, alors méfiez-vous, c’est l’arnaque assurée !

Pourquoi NORO n’est définitivement pas un grand maître d’Aïkido :

Est-on un grand maître d’Aïkido quand on a 5 à 6 années de pratique derrière soi ?

Pourtant NORO, déguisé en Zorro de l’Aïkido,  prétend avoir le titre de Shihan lorsqu’il arrive en France en 1961.

Zorro contre Noro

Est-on un grand maître quand, pour se faire un nom, on fait le guignol en hakama blanc et ceinture rouge au bord de la plage ?

Ou lorsqu’on décide de s’écarter de la voie tracée par le fondateur de cette discipline, celle là même que l’on a bâti  jusqu’alors ?

Consultez le site iaki-cam.org. Dans leur liste des grands maîtres n’apparait pas NORO. Sans doute considèrent-ils qu’il n’a rien à y faire ?

Mieux encore, consultez www.aikidobourgenbresse.com , un site de l’école européenne d’Aïkido  EPA-ISTA créée par Alain PEYRACHE où il est dit que « NORO est sans intérêt, il est juste cité pour des raisons historiques. » L’article confirme d’ailleurs nos propos sur le titre de 3ème Dan de NORO au moment de son arrivée en France.

Pour conclure, nous dirons qu‘on ne naît pas grand maître, on le devient.

Alors, méfiez-vous parfois des contrefaçons !

 

 

(1) Quelques entretiens relatant l’histoire de l’Aïkido dans les pays visités par NORO de 1961 à 1964 :
Pour la suède : pdf Entretien Takeji Tomita ; pour l’Ecosse : pdf Entretien avec Joe Curran ; pour l’Irlande : pdf Entretien avec Alan Ruddock ; pour l’Italie : pdf Entretien Giampietro Savegnago ; pour le maroc : pdf Entretien M’Barek Alaoui
Quelques reférences :
90plan.ovh.net ( pdf )
itaaf.free.frpdf )
www.kiia.netpdf )
www.aikicam.compdf )
www.aikikaidethones.frpdf )
lakischool.free.frpdf )
www.budoshugyosha.compdf )
www.aikidotakemusu.orgpdf )
www.leotamaki.com ( pdf )
iaki-cam.org ( pdf )
www.aikidobourgenbresse.com ( pdf )

N’hésitez pas à consulter l’article  >>> A PROPOS DES BIOS <<<

Mise à jour le 22/06/2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s